--

Le Dernier Chant

A venir

Mise en scène : Mélanie Pichot
avec la collaboration artistique d’Emmanuel Ray
Avec Emmanuel Ray, Mélanie Pichot, Fabien Moiny

Scénographie : Emmanuel Ray

Son : Tony Bruneau

Création lumière : Natacha Boulet-Raber

Régie Générale : Jean Cardoso

Construction décor : Jean Cardoso / Emmanuel Ray / Fabien Moiny / Carole Schüsler

Régie lumière/son : Eric Blaise / Jean Cardoso

Le Chant du cygne d’Anton Tchekhov. Nous l’avons relu. Il nous est apparu évident que c’était maintenant qu’il fallait le raconter.

Après avoir monté Caligula de Camus, Jeanne au bûcher de Claudel, Electre de Sophocle, Don Quichotte, etc… ces grandes figures éprises de liberté et d’absolu ; après avoir joué ces spectacles des centaines de fois dans des églises, des châteaux, des cryptes, sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle ou dans les châteaux de la Loire, nous avons eu besoin de nous arrêter. Besoin de regarder autour de nous, de regarder le chemin parcouru. Besoin de raconter des histoires de comédiens, de comédiennes. Faire silence et les écouter…

Il ne s’agit pas seulement de jouer la pièce en un acte le Chant du Cygne, mais de se servir de celle-ci comme clef de voûte à l’évocation de différents rêves avortés. Tchekhov connaissait bien les acteurs et les actrices. Beaucoup de ses nouvelles racontent leurs histoires. Nous avons choisi d’en adapter quelques-unes, notamment celle du Baron, celle de Elle et lui, ou encore quelques passages de la Mouette, et les Correspondances avec Olga (des lettres entre Olga Knipper et Anton Tchekhov).

Nous souhaitons suivre des itinéraires d’acteurs : leurs désirs, leurs rêves brisés, leurs moments de gloire, leur solitude, la peur de la vieillesse, puis la mort, … et peut-être l’oubli…

Nous serons sur un fil. Au bord du rire.

Les héros du « vaudeville tchekhovien » sont des rêveurs d’absolu, des équilibristes sur le fil d’une vie gâchée ou réussie, gâchée totalement ou réussie totalement, la demi-mesure n’existe pas. Et c’est de cela que nous rions. Et c’est de ce même rire que l’on s’émeut. Rien n’est donné d’avance, ni la grandeur ni la petitesse. Le théâtre apparaît alors sous un jour qu’on lui reconnaît peu et pourtant qui lui est essentiel : sa fragilité et la fragilité de ceux qui le font.

La pièce est une succession de séquences, un montage de textes de Tchekhov issus de genres littéraires différents: nouvelles, correspondances, pièces. Chaque séquence raconte un moment de la vie de trois personnages : Le souffleur, le vieil acteur, la jeune actrice. Chaque séquence peut s’écouter seule. Chaque séquence raconte une histoire en elle-même. Pourtant, à la fin du spectacle, le spectateur prend conscience que l’ensemble des séquences forme un tout, une histoire pour ces trois personnages qui évoluent dans le temps.

Correspondances avec Olga Knipper
Correspondances avec Olga Knipper
Correspondances avec Olga Knipper
Correspondances avec Olga Knipper
Elle et Lui
Elle et Lui
Le chant du Cygne
Le chant du Cygne
Le chant du Cygne
Le chant du Cygne
Le chant du Cygne
Emmanuel Ray
Fabien Moiny
Le baron

 

Prochaines dates :

A venir