Compagnonnage & Ateliers : Peinture en résidence : Jean-Yves Gosti

vernissage vendredi 23 novembre à 19h et exposition du 19 novembre au samedi 15 décembre 2018.

Lecture mise en espace à partir des œuvres de Jean-Yves Gosti

Ismène de Yannis Ritsos

Avec Mélanie Pichot

Entrée libre

« Chère Ismène, ma sœur, toi qui partages mon sort… » dit Antigone en ouverture de la tragédie de Sophocle. Ces deux figures féminines, Antigone et Ismène, sont liées par la famille, le destin et pourtant elles sont le contraire l’une de l’autre : Antigone choisit la mort, Ismène choisit la vie.

En 1966, le grand poète grec Yannis Ritsos entreprit de rendre la parole à Ismène, souvent éclipsée par le caractère intraitable d’Antigone. Elle a survécu à la tragédie de sa famille. Elle nous raconte sa version des faits, des années plus tard. Ce poème dramatique de toute beauté est un plaidoyer en faveur de l’existence et de la liberté.

 

Sur la porte peinte en vert de son atelier a Pantin, une toute petite tète, la reproduction d’une oeuvre d’un tailleur de pierre du XIIe siècle connu sous le nom du maître de Cabestany annonce la descendance artistique de l’artiste : « Il creusait les yeux à l’extérieur, moi à l’intérieur. » On pousse la porte et tout un monde archétypal nous accueille. Des figurines brutes, des gnomes, des gris-gris, des êtres aux grosses tetes et petits corps, divinités de l’ombre, ou des bizarreries moitié fer moitié pierre, des anges, des visages rappelant la céramique de Chimbote, ou l’art africain, des incarnations, des amalgames, des incantations. L’inconscient aussi personnel soit-il est toujours un inconscient collectif. Les formes aussi originales soient-elles n’échappent pas aux lois de formes universelles : le corps, le visage, une certaine logique entre la partie et le tout. « Un jour, un inconnu frappe à la porte de l’atelier… Sculpteur, ça intrigue toujours. Au bout de quelques muettes éternités, il est reparti, me disant juste qu’il était venu voir des sculptures et qu’en fait, il avait entendu ma mélancolie… »

Ileana Cornea